Ma relation avec l’alcool et la drogue + Défi 28 jours pour la Fondation Jean Lapointe – Sara-Karina

Ma relation avec l’alcool et la drogue + Défi 28 jours pour la Fondation Jean Lapointe

Même si tu penses que je trinque au café (quoique c’est déjà arrivé!), normalement, quand j’ai quelque chose à célébrer, c’est une petite coupe de vino à la main que ça se passe. Mais comme je ne festoie pas si souvent, je dirais que ma consommation d’alcool est loin de frôler l’excès.

Du plus loin que je me souvienne, pour moi, l’alcool a toujours été synonyme de plaisir gourmand. Un peu comme la bonne bouffe qu’on ne s’offre pas souvent ou comme la petite gâterie du weekend. Ça n’a jamais été une façon d’échapper à mes problèmes ou un moyen d’endormir une peine profonde. Bon, j’ai déjà pris un verre de vin (ou deux) pour relaxer et induire le sommeil après une grosse journée stressante (#coupablevotrehonneur), mais je peux compter ces soirées sur les doigts d’une seule main.

À l’adolescence, mon tempérament insécure et influençable aurait pu me coûter cher. Mais étant bien informée par mes parents et mon entourage, je savais que si je touchais à la drogue ou à l’alcool, je prenais le risque (très réel, by the way) de perdre le contrôle à un moment ou à un autre. Pour toutes ces fois où j’ai pu flirter avec l’idée « d’essayer juste une fois », c’est la prévention et l’enseignement qui m’avaient été donnés qui m’ont sauvée. Par contre, des vies brisées et des familles décimées à cause d’une consommation excessive, j’en ai vues. On en connait tous des jeunes qui consomment de la drogue et de l’alcool de façon abusive et qui en arrivent à gâcher leur vie et compromettre leur avenir. On en croise tous sur notre route des adolescents mal informés qui ne réalisent pas le danger derrière leurs consommations ponctuelles. Et je parle d’ados, mais personne n’est à l’abri. Peu importe qui ça touche, c’est toujours de façon sournoise.

Au début, c’est une fois par mois. Parce que chose bine donne un super party. Puis la fois par mois devient la fois par semaine. Parce que t’sais, on a enfin réussi l’examen de math! Pis de français aussi! Et rapidement, on parle de plusieurs consommations par jour. Mais sans raison. Finalement, les fausses croyances abondent, la pensée magique embarque (parce qu’on sait tous que les malheurs n’arrivent qu’aux autres!) et telle une grenouille dans l’eau chaude, on se tue à petit feu. On ne réalise plus que l’eau est en train de bouillir.

La prévention est notre plus belle arme. C’est pourquoi j’ai décidé cette année de participer au mouvement 28 jours sans alcool de la Fondation Jean Lapointe. Je choisis avec soin toutes les causes auxquelles je m’associe et celle-ci vient vraiment me chercher. « En près de 35 ans, la Fondation Jean Lapointe est devenue le véritable chef de file de la lutte contre l’alcoolisme, la toxicomanie et les autres dépendances qui affectent la population. Elle soutient activement la Maison Jean Lapointe, reconnue aujourd’hui comme le centre par excellence de la réadaptation des toxicomanies, du jeu pathologique et de la prévention de ces problématiques au Québec. »

Grâce aux dons recueillis tout au long de cette campagne, 60 000 adolescents auront accès gratuitement à de la prévention dans leurs écoles. Autrement dit, ensemble, on équipe les jeunes pour le futur. Vos jeunes. Nos jeunes. Il est toujours temps de vous joindre à mon équipe pour le défi 28 jours sans alcool! Il suffit de faire un don de 28 $ et de réduire ou cesser votre consommation d’alcool jusqu’à la fin du mois de février. C’est tout! 🙂

Alors, puis-je compter sur vous? 😀

Toutes les nouvelles fraîches, directement dans ta boîte de réception!

Tu peux te désinscrire en tout temps. Powered by ConvertKit

Vous aimerez aussi…

Aucun commentaire

Laisser un commentaire