L’art de ne pas être en contrôle ou la fois où j’ai fait de la discipline les fesses à l’air – Sara-Karina

L’art de ne pas être en contrôle ou la fois où j’ai fait de la discipline les fesses à l’air

Normalement, quand j’embarque mon petit body dans la douche, j’ai une attente on ne peut plus simple du genre : en ressortir propre.

Raisonnable, non?

Des fois, si je me sens bien bien ambitieuse, je vais oser espérer un sentiment de détente à la sortie. Sans plus.

Par contre, il m’arrive d’oublier qu’en termes de pourcentage, ma part de contrôle dans les événements d’une journée ou d’une soirée est inférieure à la valeur du nombre Pi. Et si je fais l’effort d’arrondir, ça revient pas mal à 0 %.

***À noter que je viens vraiment de pluger Pi dans mon article*** #ÇaMeTentait

La preuve c’est qu’hier soir, si j’avais su, j’aurais pu économiser de l’eau et une bonne dose de patience.

C’est pile au moment où j’ai déposé le pied dans la douche que j’ai vu apparaître sur le bord de la porte une petite bouille aux yeux de biche me mimant non très habilement un « j’ai envie de pipi là là tout de suite et maintenant parce que tu m’as donné trois millilitres d’eau avant de me coucher il y a de ça à peine 3 minutes ».

Ma conscience m’empêchant de lui répondre : « Menteuse, tu viens d’aller aux toilettes et je sais très bien que tu fais ça juste pour étirer le temps et venir me zyeuter toute nue dans la salle de bains », je l’ai laissée y aller.

Et c’est là que fiston numéro trois a décidé de foutre le camp en bas de sa couchette.

Non mais LE timing incroyable.

Je savais que ça allait arriver. C’était évident que c’était une question de jours avant qu’il tente de nous concocter un numéro digne du Cirque du Soleil. Mais pitié, pourquoi maintenant?

Pas le choix. Sous le regard ébahi de ma grande, je suis sortie en vitesse, dans mes plus beaux habits (#not), pour aller récupérer l’enfant au talent prodigieux. Avoir eu une pancarte, je lui aurais donné un 9/10. Il a dû faire une méchante pirouette pour atterrir aussi loin de son point de départ! Pourquoi 9? Parce qu’il aurait quand même pu retomber sur ses jambes!

Une poque sur la joue et trois mille bisous plus tard, j’ai essayé de le recoucher quand, tout à coup, mon numéro deux a décidé que finalement, il ne voulait pas faire dodo. Une crise de la fin du monde s’en est suivie. Je le concède, on a l’air franchement moins crédible quand on fait de la discipline les fesses à l’air.

Pour conclure en beauté, ma fille, toujours sur le trône, a décidé qu’elle exigeait, telle une princesse, que JE remette ses pantalons.

Niaise-moi donc. Un chausson avec ça?

Une fois ce dernier dossier réglé, j’ai enfin pu me réfugier dans ma chambre, enfiler mon pyjama et réaliser que finalement, je ne m’étais même pas lavée. Non mais avouons-le, mes attentes étaient franchement trop élevées!

Ceci dit, grâce à cette soirée mouvementée, c’est officiel; je me souviendrai qu’en tant que maman, il faut vivre une seconde à la fois. Et se laver quand les enfants ne sont pas là.

Bonne fin de semaine! 🙂

Toutes les nouvelles fraîches, directement dans ta boîte de réception!

Tu peux te désinscrire en tout temps. Powered by ConvertKit

Vous aimerez aussi…

2 Commentaires

  • Répondre
    Audélie
    24 février 2017 at 00:26

    Tu me fais telllement rire hahahaha j’ai aussi eu mes moments de disciplines peu crédibles les fesses à l’air… c’est sûrement un passage obligé de la maternité

    • Répondre
      Sara-Karina
      24 février 2017 at 01:37

      Ahahah, nos moments les plus crédibles à vie, non?! Ouais, je pense que c’est comme une étape obligatoire.. après tu peux passer GO et dépenser 200 $ 😛

    Laisser un commentaire